Project Description

Un coup de tonnerre ressentit pas vos os !

« Nous utilisons les VLFC comme un effet spécial pour créer une expérience réaliste d’explosion, que vous ressentez dans votre poitrine plus que vous n’entendez avec vos oreilles. Ça bouge beaucoup d’air, vous pouvez certainement le sentir. »

« Big Mick » Hughes Ingénieur FOH, Metallica

Comment faites-vous dans le bas ? Serrez les vis, ça va vibrer !

Pensez extrêmement bas. Avec une couverture de 13 à 30 Hz – la plus basse de tous les haut-parleurs Meyer Sound – le VLFC s’étend au-dessous du seuil de l’audition humaine pour permettre à votre auditoire de ressentir le son comme jamais auparavant.

Un mouvement massif de l’air

Les deux transducteurs à cône de 18 pouces à faible fréquence de résonance du VLFC produisent des ondes sonores concussives qui vous couperont le souffle. Ajoutez le VLFC partout où vous avez besoin d’une intensité sonore maximale, des stades aux cinémas en passant par les parcs à thème.

Des limites encore repoussées

L’amplificateur ponté AB / H à 2 canaux de classe VLFC avec des étages de sortie MOSFET complémentaires fournit une puissance continue et des crêtes élevées pour une linéarité sans compromis et des transitoires précises à des niveaux de fonctionnement extrêmes, avec une distorsion minimale.

Les avantages de l'amplification intégrée

« Nous avons développé les premières versions du VLFC pour la NASA afin de réaliser des tests de vibrations, mais nous avons décidé de poursuivre le développement pour des applications de cinéma et de concert. Nous avons effectué des tests approfondis en double aveugle ici, dans notre propre théâtre Pearson. Il n’y a aucun doute que les gens ont un ressenti psychologique très différent lorsque nous ajoutons ou supprimons cette octave supplémentaire de 15 à 30 Hz…
Il est évident que ces fréquences subsoniques créent un sentiment d’anxiété, libérant de l’adrénaline et augmentant le rythme cardiaque. Ce n’est pas nécessairement un sentiment de panique, mais plutôt une vigilance accrue alors que l’esprit traite d’autres signaux, à la recherche d’une menace qui pourrait déclencher une réaction de « combat ou de fuite ». C’est une sensation subtile mais palpable. »

John Meyer